Doutes. [PV Étoile des Ténèbres]



 

 :: Archives :: Poubelle :: RPG Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Doutes. [PV Étoile des Ténèbres]

avatar
Messages : 141
Date d'inscription : 09/06/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 25 Juin - 15:36




Au fond, j'aurais dû être heureuse. Personne n'avait l'air de contester mon ascension au poste de lieutenante, tout le monde s'était mis d'accord que, du fait que j'avais été fidèle auprès de ma mère jusqu'à sa mort, j'étais digne de confiance.

Encore fallait-il que, moi, j'y croie.

C'était étrange à penser, plus étrange encore à s'avouer, en face, sans personne pour jaser dans son dos, sans aucune critique. Je me demandais maman, pourquoi es-tu partie, nous allions vivre heureuses, tu t'es enfin sortie de ton traumatisme. Ah ! Facile, me direz-vous. Trop facile, c'est pour cela que les ancêtres ont décidé de l'appeler. Ils la gratifient, et ils me punissent. Pourquoi ? Je ne sais pas. Peut-être que je dois souffrir, pour devenir une lieutenante digne de ce nom, qu'on doit me plaindre pour me respecter.

Mais tout ceci n'était-il pas absurde ? J'étais incapable de prendre du recul. Il me fallait un avis extérieur. Je me rendis dans l'antre du chef, ne sachant pas qui d'autre que lui pourrait s'exprimer sur ma qualité de lieutenante. Je m'annonçai devant sa tanière, et attendis son autorisation pour entrer.



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 265
Date d'inscription : 16/05/2016
Age : 15
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 25 Juin - 15:50
J'étais allongé sur ma litière, la tête posée sur mes pattes avants. Je poussais un long soupir. Je roulais sur le dos et regardais la roche au dessus de moi. Je songeais à mon passé. Je m'étais juré de ne plus le faire. Mais une telle promesse avait-elle le droit de sortir de ma bouche? Non. Je ne devais pas oublier.


Je remuais les pattes, regardais mes griffes sortir et se rentrer. Je soupirais de plus belle. La fatigue me tiraillait les muscles. Pourtant, je n'arrivais à m'endormir. Et ce, depuis un bon moment déjà. La nuit était tombée. Mais on devait deviner que je ne dormais pas car je sentais et entendais Nébuleuse Symphoniques roder autour de mon antre.


Va-t-elle entrer un jour? Me demandais-je alors. Avec Etoile Rousse, je n'aurais pas hésité si longtemps. Mais peut-être était-elle mal? Je me relevais et m’empressais de faire ma toilette. Je n'avais pas songé à cette éventualité. Je m'assis et attendis. Enfin, elle s'annonça. Je miaulais une invitation.



♥️Merci Honey ♥️



Merci énormément Brûlure ♥♥♥:
 


♥♥♥Merci Eclipse Lunaire ♥♥♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 141
Date d'inscription : 09/06/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 25 Juin - 16:36



Quand j'entendis son approbation, étrange du fait de l'heure avancée, je pénétrai dans son antre, non sans avoir un sentiment d'intrusion. Il allait sûrement me fustiger - pourquoi me déranger à une heure si tardive ? Tu n'en as pas assez de ressasser ton passé ? Tu crois sérieusement que cela va t'aider ? -, mais, faisant preuve d'un courage éteint depuis le décès de ma mère, je me plantai devant lui, prête à encaisser tous ses reproches. J'étais devenu une pierre imperméable. Un cristal qui ne se brisait pas. Ma digue intérieure tiendrait, quoi qu'il me dise.

« Toi non plus, tu n'arrives pas à dormir »
, constatai-je d'une voix éteinte en finissant par m'asseoir, pas certaine d'être si déterminée que ça.

Et alors ? Tu vas rester piteusement comme ça, à le regarder dans le blanc des yeux ?

J'inspirai un grand coup, triant mon chaos intérieur. Il y avait forcément un dénominateur commun là-dessous, quelque chose qui puisse s'expliquer. Quelque chose qu'on puisse accepter.

« Écoute-moi. Je ... je ne voudrais pas paraître brutale, ou quoi que ce soit, je ne veux pas te mettre en colère, bien que je pense que je vais y parvenir un de ces jours, enfin, comment te dire, ce n'est pas pour contester tes choix, enfin si un peu quand même, sinon c'est un non-sens, mais ne te fâche pas, vraiment, s'il te plaît. »

Je bafouillais comme un chaton de quatre lunes. Pitoyable. En même temps mes émotions commencèrent à s'agiter.

« Admettons que, euh... que ce jour-là, tu étais fatigué, hein ? Oui, tu paraissais fatigué, quand on y pense, en même temps, qui ne le serait pas, le jour où un déluge de responsabilités lui tombe dessus, c'est vrai... bon, d'accord, tu étais fatigué ? Mais maintenant, tu as l'esprit plus clair, non ? Enfin, je crois, parce que sinon, ce n'est pas grave, je te laisserai réfléchir. Mais je... enfin, je pense que tu... je pense que je n'honore pas mon rang. VOILA. »

Je marquai le dernier mot d'un ton plus fort, comme si j'avais remporté une lutte interminable contre moi-même. C'était de ma faute, pas de la sienne ; c'était plus simple à dire. Enfin je baissai la tête, m'attendant à une flopée de jurons.  

Je pense que tu t'es trompé, était l'énorme sous-entendu qui me tiraillait depuis le départ.



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 265
Date d'inscription : 16/05/2016
Age : 15
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 26 Juin - 11:06
Nébuleuse Symphonie fit son entrer. A sa posture, je compris que quelque chose n'allait pas. Je fermai les yeux quelques secondes avant de les rouvrir, prêt à l'écouter. J'avais ma petite idée sur la question mais j’espérai que ce soit pas ce que je pensai. Si ma Lieutenante doutait d'elle-même, sur qui pourrais-je alors me reposer?

« Toi non plus, tu n'arrives pas à dormir », fit-elle remarquer en s'asseyant

Eh non. J'étais contrarié qu'elle l'apprenne. Le Clan du Tonnerre n'avait pas besoin d'un meneur épuisé. Je la laissais poursuivre. L’hésitation dans sa voix me fit dresser les oreilles, curieux.

« Écoute-moi. Je ... je ne voudrais pas paraître brutale, ou quoi que ce soit, je ne veux pas te mettre en colère, bien que je pense que je vais y parvenir un de ces jours, enfin, comment te dire, ce n'est pas pour contester tes choix, enfin si un peu quand même, sinon c'est un non-sens, mais ne te fâche pas, vraiment, s'il te plaît. »


Oh la la, elle m'embrouillait plus qu'elle ne m'expliquait le fait qu'elle vienne me voir. Je remuais la queue pour lui faire signe de continuer. Au fond de moi, mon cœur se serrait. J'avais raison et cela m'ennuyait. En colère? Pour qui me prenait-elle? Je n'allais pas la laisser dire que mon choix n'était pas le bon. J'allais la remettre dans le droit chemin, la rassurer. Tel était mon rôle. Mais la colère ne résoudrait rien. Je sentais presque la sagesse d'Etoile Rousse m'effleurer.

« Admettons que, euh... que ce jour-là, tu étais fatigué, hein ? Oui, tu paraissais fatigué, quand on y pense, en même temps, qui ne le serait pas, le jour où un déluge de responsabilités lui tombe dessus, c'est vrai... bon, d'accord, tu étais fatigué ? Mais maintenant, tu as l'esprit plus clair, non ? Enfin, je crois, parce que sinon, ce n'est pas grave, je te laisserai réfléchir. Mais je... enfin, je pense que tu... je pense que je n'honore pas mon rang. VOILA. »

Fatigué? Oui, je l'étais. J'avais perdu mon mentor, ma meilleur amie et ma chef. Oui, j'ai l'esprit plus clair maintenant. Et je suis content de mon choix. Elle semblait satisfaite d'avoir terminer son discours. Je laissai échapper un long soupir et abaissai mes épaules. De quoi avait-elle besoin? D'une bonne secousse? D'une parole douce? D'un long discours? Je n'étais pas doué pour ça. J'optais donc pour l'improvisation. Je m’approchais d'elle et croisai son regard. Une lueur de doute y brillait.

-Quand je t'ai élue, tu ne t'y attendais pas le moins du monde. Je me trompe? Et sans lui laisser le temps de répondre, je poursuivis, d'une manière légèrement théâtrale pour attirer son attention. Et c'est ce qui m'a plus. Tu es es une bonne guerrière, tu es loyal, perspicace, et attentionnée avec ton prochain. Tant que moi, je ne doute pas de toi, je ne vois pas de problème.

Je fis une longue pause. Mon ton se fit plus dur.

-A moins que tu doutes de moi. Et ça, que puis-je faire? Tu manques cruellement de manque de confiance en toi, tu ressasses sans cesse le passé et tu, malgré toi, conteste les décisions de ton chef. Et alors? Regarde moi. J'ai l'air d'un chaton, je suis le plus maladroit des chat et sous ma froideur se cache une douceur incomparable. Et crois-moi, si je te confies cela, c'est que j'ai placé plus de confiance en toi que tu ne veuilles le croire. Oh, ça t'écrases peut-être? J'ai vécu tout ça et regarde, je suis en vie!

Je m’arrêtais, je m'étais emporté. Autant en finir, non?

-Alors maintenant tu vas me faire le plaisir de relever le menton, de me regarder en face. Tu vas retrouver le sourire car ta mine tristounette me fatigue. J'en connais une qui te regarde avec une certaine fierté. Ne la déçois pas. Tandis que moi, je vais te faire encore plus confiance. Histoire de bien te mette la pression. Et tu vas t'en sortir, parce que...

J'approche mon museau de son oreille.

-...tu es ma Lieutenante et tu le resteras.

Je recule vivement, m'assoit et souris jusqu'au oreilles. Bon, c'était un peu partit loin. Mélange de mépris, de douceur, d'ironie et de confiance. Voyons comment elle se débrouille avec ça.

 


♥️Merci Honey ♥️



Merci énormément Brûlure ♥♥♥:
 


♥♥♥Merci Eclipse Lunaire ♥♥♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 141
Date d'inscription : 09/06/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 26 Juin - 16:57



Étoile des Ténèbres, avant de répondre, s’avança vers moi, comme pour me jauger du regard. Je le soutins calmement, dans l’attente de son verdict.

- Quand je t'ai élue, tu ne t'y attendais pas le moins du monde. Je me trompe ? Et c'est ce qui m'a plu. Tu es une bonne guerrière, tu es loyale, perspicace, et attentionnée avec ton prochain. Tant que moi, je ne doute pas de toi, je ne vois pas de problème. »

Un silence angoissant ponctua ses paroles. Il m’avait appelée « guerrière », peut-être me considérait-il davantage comme tel et que, sur le coup de la colère, il allait me renvoyer ? Je lui avais fourni une prise de conscience nécessaire pour qu’il me rétrograde, sans doute.

- A moins que tu doutes de moi. » un frisson parcourut mon échine.  « Et ça, que puis-je faire? Tu manques cruellement de manque de confiance en toi, tu ressasses sans cesse le passé et tu, malgré toi, conteste les décisions de ton chef. Et alors? Regarde-moi. J'ai l'air d'un chaton, je suis le plus maladroit des chats et sous ma froideur se cache une douceur incomparable. Et crois-moi, si je te confies cela, c'est que j'ai placé plus de confiance en toi que tu ne veuilles le croire. Oh, ça t'écrases peut-être? J'ai vécu tout ça et regarde, je suis en vie ! »

Il n’avait pas tort. Un fourmillement familier serpenta dans ma fourrure, comme si ma chair voulait réveiller mon âme. Son emportement me redonna du courage.

- Alors maintenant tu vas me faire le plaisir de relever le menton, de me regarder en face. Tu vas retrouver le sourire car ta mine tristounette me fatigue. J'en connais une qui te regarde avec une certaine fierté. Ne la déçois pas. Tandis que moi, je vais te faire encore plus confiance. Histoire de bien te mette la pression. Et tu vas t'en sortir, parce que... »

Au fil de ses paroles, les articulations de mon cou s’étaient tendu pour supporter le poids de ma tête qui se redressait. Une partie de ma conscience me reprocha même mon inertie.

- ... tu es ma Lieutenante et tu le resteras. »

Satisfait, il recula dans les ombres, un sourire sincère ancré sur son visage. Je percevais à peine les contours de sa silhouette. Ses iris d’ambre perçaient l’obscurité comme deux faisceaux lumineux. Aucun mot ne me vint pendant quelques instants, le temps que j’encaisse sa tirade.

« Je m’attendais à tout, sauf à ça… et jamais je ne douterai de toi. Tu viens de me confirmer que ce serait une grossière erreur. »

La tristesse résiderait toujours là, quelque part. Mais le poids de la balance s’était inversé ; le sang-froid l’emportait.



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 265
Date d'inscription : 16/05/2016
Age : 15
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 26 Juin - 17:17
Je regardais ma Lieutenante avec une fierté non feinte. Je crus...non, j'étais sûr, que je l'avoir surpris. Mon comportement n'avait pas dut être celui qu'elle attendait. Je remuais doucement le bout de la queue et l'observais. Elle garda longuement le silence puis articula:

« Je m’attendais à tout, sauf à ça… et jamais je ne douterai de toi. Tu viens de me confirmer que ce serait une grossière erreur. »

Alors ce petit numéro avait fonctionné? Je souris, il n 'y avait plus de doute maintenant: la franchise l'emportait toujours. Soudain, je me rendis compte que j'étais peut-être allé trop loin. Je remuai les moustaches, embarrassé.

-Je suis me suis un peu emporté, admis-je avec un rire gêné, excuse-moi.

Je me relevais.

-Quoi qu'il en soit, il est on ne peut plus normal que le doute nous rendent visite par des fois. Nous avons tous les deux un rôle important pour le Clan et ce dernier s’appuie sur nous. Il serait mentir si je disais que je ne doutais jamais de moi. Cependant, le doute ne doit pas te ronger comme ce soir. Si c'est de nouveau le cas, tu seras toujours la bienvenue dans cette antre.

Je jette un coup d'oeil dehors.

-Et ce, n'importe quand, ajoutais-je avec un sourire taquin, ...autre chose?
 


♥️Merci Honey ♥️



Merci énormément Brûlure ♥♥♥:
 


♥♥♥Merci Eclipse Lunaire ♥♥♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» La lame de l'étoile des ténèbres.Stella Nox Fleuret. (fini)
» Étoile du Passé || Clan des Ténèbres || 21 Février
» Toile de Soie - guerrier Ténèbres [manque kit]
» Du nouveau sur la toile--L'autreTV.com
» Confirmation des ses doutes...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Guerre des Clans forum RPG - Céleste  :: Archives :: Poubelle :: RPG-
Sauter vers: